Accueil

HISTOIRE - FINLANDE

 Au Moyen Age, le royaume suédois mène de pair la conquête et la christianisation de la Finlande

La Finlande sert à maintes reprises de champ de bataille entre les empires suédois et russe.
 
En 1809, la Finlande devient un grand-duché de l'empire russe.
 
En 1917, profitant du désordre causé par la révolution bolchévique, la Finlande déclare son indépendance. Les désaccords sur l'avenir politique du pays mènent à la guerre civile entre Rouges et Blancs. Les Blancs gagnent. L'indépendance de la Finlande est reconnue en 1918.
 
En 1939, en vertu des accords Molotov-Ribbentrop, l'URSS pose un ultimatum à la Finlande et l'attaque devant le refus de celle-ci. Ce sera la Guerre d'hiver de 1939-1940. La Finlande est amputée de 10% de son territoire mais reste indépendante, contrairement aux pays baltes.
 
En 1941, la Finlande attaque l'URSS pour récupérer les territoires perdus et plus si possible. Elle arrête toutefois l'offensive au lac Onega, et ne coupera jamais la ligne de chemin de fer de Mourmansk ni n'attaquera Leningrad, malgré les demandes pressantes de Hitler.
 
En 1944, l'armée rouge perce le front, et l'armée finlandaise se replie jusqu'à l'ancienne frontière. Elle signe alors un armistice avec l'URSS, stipulant le départ du corps d'armée allemand qui stationnait au nord de la Finlande. Son évacuation ratée déclenche la guerre de Laponie, contre les Allemands cette fois-ci. L'armistice réitère en plus dures les conditions de 1940.
 
Après-guerre, la ligne Paasikivi de neutralité stricte fait de la Finlande une plaque tournante des relations Est-Ouest.
 
La Finlande adhère à l'Union européenne en 1995.

 

Connexion utilisateur