Accueil

HISTOIRE - UKRAINE

La préhistoire

Les premiers groupements connus à peupler ce qui est aujourd'hui l'Ukraine furent les Cimmériens, les Scythes, les Sarmates et les Goths parmi d'autres peuples nomades qui arrivèrent durant le premier millénaire avant Jésus Christ. Ces peuples sont connus des colons et des marchands de l'Ancien Monde, y compris des Grecs et des Romains qui ont établi des antennes marchandes qui par la suite sont devenues des Villes-États. Les Antes sont d'un intérêt particulier par les traces qu'elles ont laissé de cette ère sur le territoire de l'Ukraine. Autour de cette époque, beaucoup d'objets trypiliens ont été déposés. On pense que les Antes sont une civilisation protoslave (les premiers slaves) de cette ère. Les tribus slaves occupèrent l'Ukraine centrale et orientale dès le VIe siècle après Jésus Christ et ont joué un rôle important dans la fondation de Kiev.
 
L'État de Kiev
Au IXe siècle, Kiev fut prise aux Khazars par le Vareg Oleg. Située sur des routes marchandes lucratives, Kiev réussit rapidement à devenir le centre du puissant État de la Rus' kiévienne. Au XIe siècle, la Russie kiévienne était géographiquement le plus grand État d'Europe. En 988, sous le règne de Vladimir le Grand, un missionnaire chrétien, Cyrille, convertit l'aristocratie kiévienne (la plupart Varegs) et la plupart de la population. Sous le règne de Iaroslav le Sage, le prestique de l'État kiévien atteint son apogée : il s'étend de la Baltique à la Mer noire et du confluent de l'Oka avec la Volga jusqu'aux Carpathes. Iaroslav fut un grand bâtisseur, c'est lui qui fit construire la célèbre cathédrale Sainte-Sophie à Kiev, et un grand législateur. Le droit, l'éducation, l'architecture et l'art kiévien connaîtront un renouveau impressionnant sous son règne. Mais au XIIe siècle, des conflits parmi les différentes principautés de la Rus' ont mené l'État kiévien au déclin. Kiev fut saccagée par les Russes, les Coumans et les Mongols au XIIe et au XIIIe siècle. Par la suite, les principautés d'Ukraine reconnurent la souveraineté des Mongols. L'autorité mongole était très cruelle et le peuple a souvent fui vers d'autres pays comme la Pologne ou la Hongrie.
 
La Galicie-Volhynie
La principauté de Galicie-Volhynie succéda à l'État de la Rus' kiévienne sur le territoire de Kiev et de l'Ukraine d'aujourd'hui.Durant cette période (XIIIe-XIVe siècle), chaque principauté était indépendante de l'autre pendant un temps. C'est en 1253 que le pape accorda la couronne royale au Prince Danylo Halytskyï qu'il détint jusqu'à sa mort en 1264. Mais l'État de Galicie-Volynie devint finalement un vassal de l'Empire mongol, bien que les efforts pour obtenir de l'aide auprès des européens dans leur opposition aux Mongols continuèrent. C'est à cette époque que les souverains "russes" prirent le titre de roi (auparavant ils étaient "grands princes").
 
La domination lituano-polonaise
Durant le XIVe siècle, les polonais et les lituaniens combattirent l'envahisseur mongol et finalement tout le territoire de l'Ukraine passa sous l'autorité de la Pologne et de la Lituanie. La Lituanie prit le contrôle de la Volhynie au nord-ouest de l'Ukraine (y compris les régions autour de Kiev). Quant à la Pologne, elle prit le contrôle de la Galicie. Suite à l'union entre la Pologne et la Lituanie, les Polonais, les Allemands, les Arméniens et les Juifs immigrèrent dans le pays.
 
C'est durant cette domination lituano-polonaise, à partir du XVe siècle, que se formèrent les Cosaques, des paysans ukrainiens et ruthènes qui refusaient la servitude et l'assimilation aux Polonais.
 
L'État cosaque
Au XVIe siècle, plusieurs soulèvements cosaques eurent lieu contre la noblesse polonaise dont le plus célèbre fut mené par le chef cosaque Severyn Nalyvaïko en 1594. Et c'est en 1596 que l'Hetmanat cosaque est fondé. L'hetman Petro Sahaïdatchnyï transfère la capitale cosaque à Kiev. En 1648, l'hetman Bohdan Khmelnytskyï se soulève contre la Pologne. Le 16 mai, allié aux Tatares, il bat les Polonais à Jovti Vody et le 26 mai à Korsoun. Ce fut le début de la guerre de libération qui ébranla les fondations et la stabilité de l'union lituano-polonaise. Les Cosaques cherchèrent alors à préserver leur indépendance et signèrent plusieurs traités dont le Traité de Zborov en 1649 puis le Traité de Pereyaslav en 1654 dans lequel la Russie assure la protection de l'État cosaque qui deviennent les vassaux du tsar de Moscou Alexis. Mais en 1667, la Russie signa avec la Pologne le Traité d'Andruszov qui divise l'Ukraine entre les deux pays signataires (l'est du pays devint l'État autonome des Cosaques sous protectorat des tsars et l'ouest devint une province de Pologne).
 
Les partages, la domination russe et autrichienne
Nous sommes maintenant en 1708, l'hetman Ivan Mazepa fait reconnaître l'indépendance par Charles XII de Suède mais dès 1709, le tsar Pierre Ier bat Ivan Mazeppa et les suédois à Poltava. Les Cosaques redeviennent vassaux.
 
En 1772, lors du 1er partage de la Pologne, la Galicie (Ukraine de l'ouest) devint autrichienne alors que le reste du pays resta russe. En 1775, lors du 2e partage, Catherine II supprime l'autonomie des Cosaques zaporogues. Quant au sud de l'Ukraine, il était sous le contrôle de l'Empire Ottoman et la région transcarpathe, toujours hongroise. Les intellectuels et écrivains ukrainiens s'inspirèrent de l'esprit nationaliste qui remuait les autres peuples d'Europe soumis à d'autres gouvernements impériaux et devinrent déterminés à ranimer la langue ukrainienne et les traditions culturelles et à reconstituer un État-Nation. Les Russes en particulier étaient virulents contre toute tentative de réhausser la langue et la culture ukrainienne jusqu'à même interdire son utilisation et son étude. Le sort des Ukrainiens était beaucoup plus positif sous les Autrichiens. C'est à cette époque que le peuple d'Ukraine accepta de changer leur nom de Ruthènes en Ukrainiens.
 
L'Ukraine resta sous l'emprise russe jusqu'à la Révolution de 1917.
 
L'Ukraine indépendante (1917-1920)
Alors que la Première Guerre mondiale et la Révolution russe détruisaient les Empires russe et autrichien, les Ukrainiens déclarèrent leur indépendance. Ils créèrent dès le 17 mars 1917 la Rada centrale d'Ukraine dont Mykhaïlo Hrouchevskyï devint président le 27 mars et le restera jusqu'en avril 1918. Entre temps le général Pavlo Skoropadskyï fut nommé hetman en octobre 1917. Le 20 novembre, la Rada centrale proclame la République Nationale Ukrainienne (UNR), reconnue par la France et la Grande-Bretagne en janvier 1918, et déclare son indépendance le 22 janvier 1918. Cependant, le gouvernement doit quitter Kiev en février, prise par les Bolcheviks. Le 29 avril, Mikhaïlo Hrouchevskyï est réélu président mais un coup d'état conservateur proclame Pavlo Skoropadskyï hetman de l'État d'Ukraine. C'est à nouveau une période d'Hetmanat, qui sera brève puisqu'elle durera jusqu'en novembre 1918, date à laquelle une insurrection du Directoire bat le nouvel hetman le 18 novembre près de Motovylivka. Volodymyr Vynnytchenko puis Simon Petlioura seront alors les présidents du Directoire de la République Nationale Ukrainenne jusqu'en octobre 1920. En même temps et suite à la chute de l'Empire austro-hongrois, une République Nationale d'Ukraine Occidentale (ZUNR) est proclamée le 9 novembre à Lviv mais le gouvernement dut s'établir à Ternopil après l'occupation de Lviv par les forces polonaises. Le 22 janvier 1919, UNR et ZUNR s'unissent. Mais vers la fin de 1919 et la pemière moitié de 1920, les Bolcheviks finissent par l'emporter sur Denikine, général russe blanc, sur les nationalistes (Petlioura) et autres anarchistes (Makhno) et la RSS d'Ukraine finira par adhérer à l'URSS en 1922. Il est à noter que la ZUNR continua d'exister en exil jusqu'en 1923.
 
La période soviétique
Le régime soviétique qui suivit fut le plus dur, le plus meurtrier et le plus avilissant pour les ukrainiens, de toute leur histoire. Leur calvaire commença dès 1922 avec une première famine puis la tristement célèbre famine de 1933 (que les Ukrainiens appelle Holodomor) provoquée par le régime bolchevik et qui fit jusqu'à 8 millions de morts. La suite n'est pas plus brillante avec d'innombrables déportations et assassinats, surtout d'intellectuels ukrainiens.
 
Après l'invasion de la Pologne en 1939 par les troupes allemandes et soviétiques, les régions de l'Ukraine occidentale sont incorporées dans l'Union soviétique. Mais quand l'Allemagne nazie envahit l'URSS en 1941 (voir : Opération Barbarossa) , beaucoup d'Ukrainiens, surtout ceux de l'ouest, les accueillirent avec joie mais cela ne dura pas. Dans la bataille d'encerclement de Kiev, plus de 660 000 soltats soviétiques furent capturés.
 
Le 22 juin 1941, l'Organisation nationaliste ukrainienne (OUN) de Stepan Bandera proclama la restauration de l'État ukrainien à Lviv. L'armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) de Bandera combattra pendant toute la Seconde Guerre mondiale, et même après, les communistes et les Allemands.
 
En 1944, l'Union soviétique reconquit la plus grande partie de l'Ukraine et en 1945, celle-ci sera l'un des membres fondateurs de l'ONU. Quant aux indépendantistes, ils continueront leur guerre contre la Pologne et l'URSS juqu'en 1954.
 
A partir de 1955, avec la relative période de libéralisation commencée sous Nikita Khrouchtchev, les communistes ukrainiens commencèrent à poursuivre des ojectifs nationaux. Et c'est pendant la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev que ces objectifs furent avancés par les dirigeants ukrainiens.
 
En 1986, dans la ville de Prypiat, près de Tchernobyl, une explosion eut lieu dans une centrale nucléaire qui devint la plus grosse catastrophe nucléaire du siècle et qui contamina non seulement l'Ukraine mais aussi d'autres pays voisins de l'Europe.
 
Après les évènements qui eurent lieu en 1991, qui menèrent à l'éclatement de l'URSS, l'Ukraine déclara son indépendance le 24 août 1991 et adhéra à la CEI.
 
La République d'Ukraine (depuis 1991)
Le 1er décembre 1991, un référendum sur l'indépendance est organisé et est approuvé avec plus de 90 %. Le 12 décembre, Leonid Kravtchouk est élu président de la République. Des conflits d'intérêt opposent alors l'Ukraine à la Russie notamment sur le statut de la Crimée et sur le contrôle de la flotte de la Mer Noire.
 
En 1994, Leonid Koutchma, ancien Premier ministre, est élu à la Présidence de la République et sera réélu en 1999.
 
A partir de ce deuxième mandat, Koutchma sera de plus en plus contesté pour des affaires de corruption, d'enlèvements de journalistes et autres pressions électorales et envers la presse.
 
Son mandat s'achèvera en octobre 2004 avec les prochaines élections présidentielles. Il a annoncé récemment qu'il ne se représenterait pas (la Constitution ne lui permet pas mais il avait tenté de modifier les lois pour pouvoir se représenter).

 

Connexion utilisateur