Accueil

HISTOIRE - NORVEGE

L’époque des Vikings

La période entre 800 et 1050 après J.C. s’appelle l’époque des Vikings. Lorsqu’elle a commencé, la Norvège était constituée de nombreux petits pays qui avaient chacun leur roi. En 872, le viking Harald à la belle chevelure est devenu le roi de toute la Norvège. De nombreux Vikings sont partis dans d’autres pays. Certains Vikings étaient des marchands qui achetaient et vendaient des marchandises. D’autres étaient des guerriers qui volaient et tuaient. Aujourd’hui, on se souvient surtout des Vikings comme des guerriers. Le christianisme fut introduit en Norvège au 11e siècle. Il a remplacé l’ancien paganisme norrois.
Borgund stavkirke

L’union entre le Danemark et la Norvège

Au cours du 14e siècle, le Danemark a exercé une influence croissante sur la Norvège et, à partir de 1397, la Norvège est entrée dans une union formelle avec le Danemark et la Suède. Les trois pays avaient le même roi. La Suède est progressivement sortie de l’union, mais l’union entre le Danemark et la Norvège a duré jusqu’en 1814. Copenhague était la métropole culturelle de l’union, et les Norvégiens lisaient et écrivaient en danois. Les paysans norvégiens payaient un impôt au roi à Copenhague.

La dissolution de l’union et la nouvelle union

Eidsvoll 1814 - © Stortingsarkivet/ foto: Teigens fotoatelier as 1814 est une année cruciale dans l’histoire de la Norvège. Le 17 mai de cette année, la Norvège a adopté sa propre constitution. Il y a eu plusieurs guerres en Europe au début du 19e siècle, notamment une grande guerre entre l’Angleterre et la France. L’union Danemark-Norvège était l’alliée de la France. Lorsque la France a perdu la guerre, le roi danois a dû céder la Norvège à la Suède, qui avait été l’alliée de l’Angleterre. En 1814, l’union entre le Danemark et la Norvège a donc pris fin. Beaucoup de Norvégiens espéraient que la Norvège deviendrait indépendante après la dissolution de l’union et quelques notables se réunirent à Eidsvoll, dans le département d’Akershus. Ils voulaient notamment rédiger une constitution pour la Norvège indépendante. La Norvège fut cependant contrainte de s’unir à la Suède et, en novembre 1814, l’union entre la Suède et la Norvège était une réalité. L’union avec la Suède était plus souple que la précédente union avec le Danemark. La Norvège a pu conserver sa constitution, moyennant quelques modifications, et elle bénéficiait d’une certaine autonomie pour les affaires intérieures. La politique étrangère était menée par la Suède et le roi des deux pays était suédois. Eidsvollsbygningen

Le romantisme national et l’identité norvégienne

Brudeferd i Hardanger (Hans Gude & Adolph Tidemand, © Nasjonalmuseet for kunst, arkitektur og design) Vers le milieu du 19e siècle est apparu en Europe un courant artistique et culturel appelé le romantisme national. Il se manifestait par une volonté de mettre en avant les particularités nationales, en les amplifiant et en les embellissant volontiers. En Norvège, c’est surtout la beauté de la nature qui était mise en valeur, et les paysans étaient considérés comme « typiquement norvégiens ». Le romantisme national s’est manifesté dans la littérature, la peinture et la musique. Les Norvégiens sont devenus de plus en plus conscients de leur identité nationale. Beaucoup étaient fiers d’être norvégiens. C’est ainsi qu’est apparu un désir très fort d’indépendance. Après plusieurs siècles d’union avec le Danemark, la langue écrite en Norvège était le danois. Le « bokmål » (langue du livre) qu’on écrit aujourd’hui, est dérivé du danois. Au cours de la période du romantisme national, beaucoup estimaient que les Norvégiens devaient avoir leur propre langue écrite, distincte du danois. Le linguiste Ivar Aasen (1813–1896) a donc sillonné la Norvège pour réunir des exemples des différents dialectes. A partir de ces exemples, il a créé une nouvelle langue écrite, le néo-norvégien (nynorsk). Le nynorsk et le bokmål ont beaucoup évolué depuis le 19e siècle, mais ce sont toujours les deux langues officielles de la Norvège, en plus du sami et du kvène.

IL’industrialisation de la Norvège

Fabrikkarbeidere 1880, (Oslo Museum, fotograf: Per Adolf Thorén) Au milieu du 19e siècle, environ 70 % de la population norvégienne vivait à la campagne. Elle travaillait généralement dans l’agriculture et la pêche. La vie était souvent rude. Lorsque la population a augmenté, il n’y a pas eu assez de terre et de travail pour tous. En même temps, les villes se sont transformées. De plus en plus d’usines se sont créées et beaucoup de campagnards sont partis en ville pour y trouver du travail. Pour de nombreuses familles d’ouvriers, la vie en ville était difficile. Elles étaient mal logées et les journées étaient longues. Les familles avaient souvent beaucoup d’enfants et il n’était pas rare que plusieurs familles cohabitent dans un petit appartement. Beaucoup d’enfants devaient aussi travailler à l’usine pour que la famille puisse survivre. Ils essayaient souvent de tenter leur chance à l’étranger. Entre 1850 et 1920, plus de 800 000 Norvégiens ont ainsi émigré en Amérique.

Un pays libre et indépendant

L’union avec la Suède a pris fin en 1905. Après un long conflit politique entre le parlement norvégien et le roi de Suède, une partie croissante de la population pensait, au début du 20e siècle, que la Norvège devait devenir un pays libre et indépendant. Le 7 juin 1905, le parlement proclama que le roi suédois n’était plus le roi de Norvège et que l’union avec la Suède avait pris fin. Ceci provoqua de violentes réactions en Suède et une guerre faillit éclater entre la Norvège et la Suède. Après deux référendums organisés la même année, la dissolution de l’union avec la Suède fut proclamée. Il fut aussi décidé que le nouvel Etat norvégien serait une monarchie. Le prince danois Carl fut désigné nouveau roi de Norvège. Il prit le nom royal norvégien de Haakon. Le Roi Haakon 7 régna sur la Norvège de 1905 jusqu’à sa mort, en 1957.

La première moitié du 20e siècle

Vannkraftverk A la fin du 19e siècle, la Norvège commença à exploiter l’énergie hydraulique pour produire de l’électricité. Plusieurs entreprises industrielles furent donc établies. Le besoin de main d’œuvre augmenta et les villes continuèrent de s’étendre. Grâce à une loi spéciale, l’énergie hydraulique était développée par des entreprises privées, mais les ressources hydrauliques restèrent la propriété de l’Etat. De 1914 à 1918, la Première guerre mondiale ébranla l’Europe. La Norvège ne prenait pas une part active à la guerre, mais ses conséquences économiques étaient perceptibles ici aussi. Dans les années 1930, une crise économique frappa l’Europe et l’Amérique du Nord. Beaucoup de gens perdirent leur emploi et leur logement. Si la situation n’était pas aussi dramatique en Norvège que dans beaucoup d’autres pays, on parle quand même de «la crise des années 30».

La Deuxième guerre mondiale, 1939/1940‒1945

Stortinget med tysk banner 1940-45, (Oslo Museum, ukjent fotograf) La Deuxième guerre mondiale éclata en septembre 1939, avec l’invasion de la Pologne par l’Allemagne. La Norvège fut envahie par les troupes allemandes le 9 avril 1940. La Norvège capitula après quelques jours de combat seulement. Le roi et le gouvernement s’exilèrent en Angleterre, où ils continuèrent de se battre pour une Norvège libre. La Norvège fut alors gouvernée par un gouvernement pro-allemand, non démocratiquement élu, dirigé par Vidkun Quisling. Même s’il y a eu peu de véritables combats sur le sol norvégien, plusieurs groupes de résistance faisaient des actes de sabotage, publiaient des journaux clandestins et organisaient la résistance passive contre les forces au pouvoir. Beaucoup de résistants durent fuir le pays. Environ 50 000 Norvégiens se sont réfugiés en Suède pendant la Deuxième guerre mondiale. Les Allemands finirent par perdre sur de plus en plus de fronts, et durent capituler en mai 1945. Environ 9500 Norvégiens sont morts à cause de la guerre.

La Norvège à l’époque moderne

En oljeplattform Après la guerre, il fallut reconstruire le pays. Il y avait une grande pénurie de marchandises et il n’y avait pas assez de logements pour la population. La coopération et la solidarité étaient
nécessaires pour reconstruire le pays le plus vite possible. L’Etat réglementait sévèrement l’économie et la consommation. Juste après la guerre, les Nations Unies (ONU) furent créées. Le principal objectif de l’ONU est d’œuvrer pour la paix et la justice dans le monde. La Norvège fut l’un des premiers pays à devenir membre de l’organisation, en novembre 1945. Après la guerre, les Etats-Unis ont proposé une aide économique aux pays européens. Cette aide est connue sous le nom de plan Marshall. Des conditions économiques et politiques étaient imposées aux pays bénéficiaires. La Norvège a reçu une aide d’environ trois milliards de couronnes. En 1949, la Norvège et onze autres pays signèrent le Traité de l’Atlantique. Il déboucha sur la création de l’organisation de défense de l’Atlantique Nord, l’OTAN. Les relations étroites entre l’Europe de l’Ouest et les Etats-Unis se sont maintenues jusqu’à notre époque. Dans les années 1950 et 1960, la situation économique en Norvège étant assez favorable, l’Etat a procédé à de nombreuses réformes pour améliorer la vie de la population. Dans les années 60, plusieurs sociétés souhaitaient prospecter du pétrole et du gaz en mer, au large de la Norvège. Comme pour l’énergie hydraulique 50 ans plus tôt, les ressources pétrolières restèrent la propriété de l’Etat, mais des sociétés privées purent acheter des licences de prospection, de forage et d’extraction de pétrole dans des zones limitées et durant des périodes limitées. La première découverte de pétrole en mer du Nord date de 1969. A partir de ce moment là, la Norvège s’est développée comme une nation pétrolière. Aujourd’hui, c’est un des pays du monde qui exporte le plus de pétrole, et l’industrie pétrolière tient une place importante dans l’économie norvégienne. Les grands mouvements populaires ont également joué un rôle important dans l’émergence de la Norvège moderne. Le mouvement ouvrier et le mouvement féministe ont en particulier été déterminants. Le mouvement ouvrier norvégien remonte au 17e siècle, mais ne s’est véritablement organisé qu’à partir des années 1880, avec l’augmentation des emplois dans l’industrie. A partir des années 1920, l’influence du mouvement a augmenté. Le mouvement ouvrier s’est battu pour améliorer les conditions de travail, notamment pour raccourcir la journée de travail, renforcer la sécurité sur les lieux de travail, améliorer les assurances maladie et instaurer une aide financière en cas de chômage. Le mouvement féministe a défendu les droits des femmes dans la société, l’égalité des sexes et l’égalité des droits pour les hommes et les femmes. Le droit au divorce, à la contraception, à l’avortement libre ainsi que le droit des femmes à disposer de leur propre corps ont aussi été des causes importantes pour les féministes. Aujourd’hui, femmes et hommes ont les mêmes droits à l’éducation et au travail, à la propriété et à l’héritage, aux médicaments et à la santé.