Accueil

HISTOIRE de la HONGRIE

L'histoire de la Hongrie est marquée par une suite d'invasions et de dominations étrangères : les Mongols au XIIIème siècle, les Turcs pendant 150 ans aux XVIème et XVIIème siècles, les Autrichiens ensuite jusqu'à la Première Guerre mondiale, et enfin, les Soviétiques de 1945 à 1990. 

 
La naissance de la Hongrie remonte à l'an 896, date à laquelle 7 tribus magyares, venant de l'Oural et de la Volga sous le commandement d'Arpad, occupent le bassin du Danube. 
 
En 1001, Istvan, héritier d'Arpad converti au catholicisme, se fait couronner premier roi de Hongrie (Roi Saint-Etienne). Les Tartares envahissent le pays en 1240, détruisant les villes naissantes de Buda et de Pest. 
 
Au XVème siècle, sous le règne de Matyas Corvin, Buda devient le centre intellectuel et artistique de l'Europe centrale . Mais le XVIème siècle voit le retour de l'anarchie et le début de l'invasion turque (bataille de Mohacs en 1526) qui durera un siècle et demi, jusqu'à la libération en 1686 par les Habsbourg. Les Hongrois ne quittent alors le joug turc que pour tomber sous la domination autrichienne.
 
De 1703 à 1711, le prince Rakoczi mène une guerre d'indépendance sans succès, avant la révolution anti-Habsbourg de 1848 à l'instigation de Kossuth et de Petöfi, écrasée par les Habsbourg avec l'aide de l'armée du tsar russe. En 1867, Deak négocie un " compromis " instaurant la double monarchie austro-hongroise. 
 
Les villes de Buda, Pest et Obuda sont réunies en 1872 sous le nom de Budapest. C'est à cette période que la Hongrie connaît un développement économique et technologique rapide. 
 
L'effondrement de l'Empire austro-hongrois à l'issue de la Première Guerre mondiale est catastrophique pour la Hongrie : en application du traité de Trianon en 1920, elle perd les deux tiers de son territoire et 60 % de sa population au profit de la Slovaquie, de la Roumanie, de la Yougoslavie et de l'Autriche. L'amiral Horthy établit alors un gouvernement autoritaire et ultra conservateur. La Hongrie entre en guerre en 1941 aux côtés de l'Allemagne nazie. 
 
En 1944, la Hongrie est occupée par l'Allemagne, puis libérée l'année suivante par l'armée soviétique. Elle devient en 1948 une république populaire sous le dictateur Rakosi. 
 
Le 23 octobre 1956, la révolution éclate avec le concours du ministre Imre Nagy, mais elle est écrasée entre le 4 et le 11 novembre par l'armée soviétique, tuant 3.000 personnes et faisant fuir plus de 200.000 Hongrois. Kadar devient premier ministre et Nagy et ses compagnons sont arrêtés et exécutés deux ans plus tard. En 1968, Kadar introduit le "nouveau mécanisme économique", combinant une économie centralisée et certains éléments d'économie de marché : c'est l'ère du "socialisme du goulasch ". Mais en 1988, Kadar doit céder la place de premier ministre au communiste réformateur Németh. 
 
Alors les événements se précipitent : abandon du rôle dirigeant du PSOH (Parti socialiste ouvrier hongrois), première brèche dans le rideau de fer avec l'Autriche le 2 mai 1989, permettant notamment le passage des Allemands de l'Est, réhabilitation et funérailles officielles d'Imre Nagy le 16 juin, proclamation de la IVème République de Hongrie le 23 octobre. Les premières élections libres ont lieu en mars et avril 1990 et permettent l'installation d'un gouvernement de centre-droit. Le dernier soldat russe quitte la Hongrie en juin 1991.