Accueil

POPULATION AUTRICHIENNE

En 2001, la population autrichienne s'élevait à 8 140 000 habitants. Le taux de fécondité, stable depuis les années 1980 avec 1,3 enfant par femme en âge de procréer, est à peine inférieure à la moyenne de l'Union européenne ; les enfants nés hors mariage représentent 28,8 % des naissances. Le nombre d'étrangers résidant sur le sol autrichien est estimé à 10 % de l'ensemble de la population. À l'instar de nombreux pays européens, le solde migratoire (0,6 ‰) de l'Autriche est un facteur déterminant de sa croissance démographique (1,6 ‰, l'un des taux les plus faibles de l'Union européenne), alors que le taux de natalité n'atteint que 10 ‰. Depuis les années 1970, on enregistre un recul sensible de la mortalité infantile (4 ‰). L'espérance de vie à la naissance, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, a progressé depuis 30 ans : elle atteint 74 ans pour les hommes et 81 ans pour les femmes, chiffres comparables à la moyenne de l'Union européenne (respectivement 75 ans et 81 ans). Si le peuple autrichien est depuis longtemps uni par une tradition linguistique germanique, il n'en est pas moins hétérogène, en raison des brassages de population intervenus à l'époque du Saint Empire romain germanique, puis de l'Empire austro-hongrois. Les minorités sont représentées par environ 50.000 Croates, résidant principalement au Burgenland, quelque 20.000 Slovènes dans le sud de la Carinthie, ainsi qu'un petit nombre de Hongrois, de Tchèques, de Slovaques et d'Italiens. Face à une majorité de catholiques, les protestants ne représentent que 5,9 % [1995] de la population et restent localisés dans les plaines. À Vienne se trouve concentrée la communauté juive, une des plus brillantes d'Europe jusqu'en 1938, aujourd'hui réduite, après les exterminations commises par les nazis, à moins de 12 000 personnes. Un tiers de la population de l'Autriche est regroupé dans les cinq plus grandes villes: Graz, Innsbruck, Linz, Salzbourg et Vienne, la capitale (1,5 million habitants). Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'Autriche a connu une nette redistribution de son peuplement: si les provinces de l'Est ont gagné très peu d'habitants, les populations des trois provinces occidentales - Vorarlberg, Tyrol et Salzbourg - se sont considérablement accrues. Les zones urbaines continuent à s'étendre au fur et à mesure que les hautes vallées se dépeuplent et que le tourisme se développe dans les régions alpines. 

 

Sigmund Freud