Accueil

GEOGRAPHIE - LUXEMBOURG

Le Luxembourg s'étend sur 2.586 km2, c'est-à-dire moins qu'une province belge ou qu'un département français. Il est l'exemple même de l'État créé de toutes pièces par les grandes nations au gré des circonstances historiques. Ce pays, le plus petit de l'Union européenne, en est néanmoins l'un des plus prospères. 

Le grand-duché de Luxembourg est limité à l'ouest et au nord par la Belgique, à l'est par l'Allemagne et au sud par la France.

Le Luxembourg se subdivise selon un axe ouest-est en deux entités.

La partie nord, l'Ösling, s'intercale entre l'Ardenne belge et l'Eifel (massif boisé d'Allemagne) et couvre un tiers du territoire; il s'agit d'une région de structure hercynienne du dévonien inférieur, avec des terrains surtout composés de schistes, d'ardoises, de grès et de quartzites. La topographie, relativement accidentée, aux altitudes comprises entre 400 et 500 m (559 m à Burgplaatz, au nord de Troisvierges), est faite de petits plateaux d'interfluves, résultant de l'action de l'érosion et séparés les uns des autres par des vallées encaissées empruntées par l'Our, la Sûre et son affluent la Wiltz.

Quant à la partie méridionale, le Gutland ou «Bon Pays», elle constitue le prolongement du bassin de Paris; cette région aux altitudes moyennes comprises entre 300 et 350 m est principalement composée de terrains d'âges triasique et jurassique, avec une bande de minerai de fer au sud-ouest. Elle se présente en une succession de bandes de collines, les cuestas, au nombre de quatre (ce sont des buttes-témoins d'un relief parfois très tourmenté comme dans la Mullerthal, la «Petite Suisse luxembourgeoise», creusée dans des calcaires à l'est du pays), et de dépressions mettant en évidence l'alternance de roches résistantes (grès, dolomies et calcaires) et de roches plus tendres (à dominante marneuse).

Population 

Hymne national

Moyenne des températures 

Circuits touristiques

 

 
 
 

 

Connexion utilisateur